Archives pour la catégorie Roche Pascale

Pascale Roche

          Florence me ressemble un peu, je crois, avec ses coulées d’or et d’ombre, ses contrastes et sa belle unité, ses excès et sa mesure humaine. Avec ce qu’il faut de pierre et de poids, ou de portes de bronze, pour l’angoisse, toujours à débusquer ; avec son large fleuve qui s’étire ; ses jardins suspendus.
Et toujours ses ruelles ambrées, ses places en équilibre, sa lente puissance de joie. Florence théâtre des passions anciennes, apaisées, pétrifiées, devenues beautés pures, Florence déchirée qui se détourne de ses déchirures, Florence qui garde sa splendeur avec fierté et célèbre la permanence des choses, contre toute logique, contre le temps qui fuit, Florence la sereine sur laquelle le soir tombe dans la rousseur des tuiles, et qui dérive lentement dans la mémoire au parfum de lauriers.

Extrait de Quatre voyages à Florence
Éd. Airelles, 2005


TENIR

Peu de choses te tiennent
Tu tiens à peu de choses

Mais tu y tiens
comme on se tient debout
bien appuyé au chambranle
des valeurs fortes

un amour, des amis
une demeure en dur bâtie jour après jour

et surtout cette conscience
qui te garde les yeux ouverts la nuit

vaste cercle
où tu veilles le feu qui manque
– combien trop –
aux hommes d’aujourd’hui

Extrait de Le Veilleur de nuit
Éd. Airelles, 2008